Et si le bonheur c’était d’en apporter aux autres ?

L’altruisme

Et si le bonheur c’était d’en apporter aux autres ?

Aider les autres, les rendre heureux est un chemin puissant vers notre propre bonheur.

Nous sommes tous interconnectés. C’est un leurre de penser que nous pouvons rester dans notre bulle, totalement indépendants, isolés, à l’abri notamment du malheur des autres. Même si nous nous voilons la face, même si nous nous enfermons dans notre vie et notre quête personnelle, nous recevrons tôt ou tard, sous une forme ou une autre, les conséquences de ce qui se passe dans la vie des autres.

Ignorer, par exemple, dans nos sociétés occidentales ce qui se passe à l’autre bout du monde en se disant que ça ne nous regarde pas n’a pas de sens !
Il suffit de faire un zoom sur le sujet ou débat actuel des «migrants», que l’Europe doit accueillir ou non ; les désastres, les inégalités indécentes entre les niveaux de vie, l’accès aux ressources (à l’eau en particulier), les tortures ou situations politiques dramatiques faisant fuir un certain nombre de personnes qui viennent se réfugier dans les pays «riches», impactant donc nos sociétés, dérangeant notre petit confort, perturbant nos désirs de croissance économiques, pour être encore et toujours plus riche !

Mais pour quoi faire à la fin ?

Le monde occidental, notamment, a encore du mal à réaliser que 7,35 milliards d’habitants sont interconnectés, partageant la même planète, et qu’on ne peut laisser se développer du malheur et de la souffrance, même à des milliers de kilomètres, sans en subir les conséquence. Il a tendance à oublier aussi qu’il est lié et dépendant des autres êtres vivants, de la nature qu’il ne traite pas non plus très bien.

Nous sommes tous dans le même bateau ! Quand est-ce que les êtres humains vont comprendre cela ?

Et le débat ne fait que commencer. Comme le souligne très justement Matthieu Ricard, célèbre moine bouddhiste et auteur du livre « Plaidoyer pour l’altruisme » : « La crise des réfugiés n’est que le début d’un grand mouvement de population planétaire. Imaginez ce que cela sera quand nous aurons 200 millions de réfugiés climatiques ». «C’est un défi pour l’altruisme de penser non seulement aux proches, mais aux générations à venir qui seront concernées.»

De plus, le fait de ne s’occuper que de nous, uniquement de notre bonheur et de celui de nos proches comme de nous concentrer uniquement sur nos objectifs et désirs de bien être, de prospérité, de confort nous amène forcément à souffrir car ces derniers seront bien sûr à un moment donné contrariés, balayés par les événements de la vie, et c’est notre monde qui peut s’écrouler.

Au contraire, étendre notre quête aux autres rend plus vastes les possibilités de bonheur. En effet, si nous sommes un jour confrontés à la souffrance, nous pouvons penser à tous ceux qui sont dans la même situation que nous ou même pire, ou à ceux qui au contraire sont heureux, qui se sont peut être sortis un jour des même épreuves. Cela permet de relativiser, de remettre notre souffrance dans une autre perspective et finalement, de trouver le courage d’affronter avec les autres, soit en les aidant, soit en se faisant aider, les événement un peu compliqués ou douloureux que l’on traverse.

Attention, il ne s’agit pas de ne penser qu’aux autres et de s’oublier. Ça n’a aucun sens. Le sacrifice ne contribue au bonheur de personne. ‎L’idée est vraiment d’apporter du bonheur aux autres, mais en se respectant et en se faisant du bien.

Avez-vous déjà observé le visage de ceux qui s’investissent dans des causes, des associations ou juste auprès de personnes en difficulté, sans rien attendre en retour, et qui vous parlent pendant des heures, du sourire d’un enfant, de la nouvelle école construite, de la vie qui reprend après un désastre ? Ils rayonnent, d’amour, de chaleur, de joie et bien souvent, cela nous donne une envie folle de ressentir cela, n’est-ce pas ?

Cultivez la compassion. Ouvrez votre cœur. Sortez de vos vies parfois un peu étriquées et matérialistes et tournez-vous vers les autres. Le bonheur y est infini. Lancez-vous dans des projets pour les autres, même de toutes petites initiatives, tendez juste la main à quelqu’un qui souffre , offrez-lui un sourire, quelques paroles réconfortantes, un peu de votre temps…

Vous recevrez le centuple de ce que vous donnerez. Ce ne sont pas que des mots en l’air.
Expérimentez-le !

‎Prenez soin de vous mais aussi des autres. Changez, osez changer et vous changerez le monde.

An-Sofie Green

 

Pour appuyer son article sur l’altruisme, An-Sofie Green nous propose trois références que nous partageons sur ce blog : un film, un livre et une interview.

Film : Êtes-vous prêt à aimer ? de Sébastien Lilli

Interview : Sylvie LESELLIER, Présidente de l’association « Actions Enfance Népalaise »

Livre (à venir) : Plaidoyer pour l’altruisme de Matthieu Ricard

Vous êtes libre de télécharger ce CADEAU que vous OFFRE An-Sofie Green, un e-book GRATUIT  en cliquant sur l’image ci-dessous:

4 pratiques essentielles pour atteindre l’harmonie dans VOTRE vie

An-Sofie Green

Auteure, chroniqueuse et animatrice
Experte en conduite de changement
Consultante en développement personnel

Voir aussi

Comment Valérie s’est libérée de la Blessure d’Abandon ?

Comment Valérie s’est libérée de la Blessure d’Abandon ? Découvrez le poignant témoignage de Valérie, …

Un commentaire

  1. Donner sans rien attendre en retour et ressentir ces sentiments magiques de bien etre, satisfaction et légèreté. Quel bonheur et tellement facile à faire en plus.
    Donnez tous les jours de l’amour, un sourire…ca ne coûte rien et ça rapporte tellement !
    Soyez contagieux et porteur de la maladie du don : propagez la Un maximum…

    Merci de nous avoir donné cet article stimulant
    Nous vous invitons à decouvrir ce livre inspirant qui illustre parfaitement cette idée : donner sans compter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.